#PlanLogement đŸ‡Č🇹 Le logement des MonĂ©gasques est bien la grande cause nationale

Ce matin, Le Prince Souverain, le Ministre d’État et le PrĂ©sident du Conseil National ont prĂ©sentĂ©, de concert, le « Plan national logement ».

Voici l’intervention de StĂ©phane Valeri :

 » Monseigneur,
Monsieur le Ministre d’Etat,
Madame et Monsieur les Conseillers de Gouvernement-Ministres,
Chers collĂšgues Ă©lus du Conseil national,
Mesdames et Messieurs représentant les médias de la Principauté,

Avant de dĂ©buter mon propos, permettez-moi de Vous rejoindre Monseigneur, dans Votre analyse relative Ă  la force et Ă  l’unitĂ© de nos Institutions.

La prĂ©sentation exceptionnelle de ce plan national logement reprĂ©sente pour moi un moment trĂšs important et mĂȘme Ă©mouvant, puisque je fais de cette question du logement un thĂšme essentiel de mon engagement politique depuis toujours. En effet, c’est la premiĂšre fois que Le Prince Souverain, Son Ministre d’Etat et le PrĂ©sident du Conseil National, prennent la parole ensemble devant la presse. C’est dire si ce thĂšme est une question majeure pour le pays.

Pour cela, je tiens, au nom du Conseil national, Ă  Vous exprimer, Monseigneur, toute notre gratitude.

Nous avons entendu les Monégasques lors de la derniÚre campagne électorale, qui nous ont demandé massivement de faire du logement la priorité nationale absolue, pour loger le plus rapidement possible tous les foyers de compatriotes dont la situation le justifie.

Le rĂ©sultat du scrutin a confirmĂ© cette forte volontĂ© de la communautĂ© nationale d’obtenir un vaste plan d’urgence pour rĂ©gler durablement ce problĂšme.

La situation que nous avons trouvĂ©e Ă  notre arrivĂ©e Ă©tait, vous le savez, trĂšs tendue. Elle justifiait donc pleinement ce caractĂšre d’urgence. Nous regrettons d’ailleurs que la mandature prĂ©cĂ©dente n’ait pas agi en dĂ©but de lĂ©gislature avec suffisamment de volontĂ© politique, pour alerter le Gouvernement sur la dĂ©gradation de la situation. Rappelons qu’à cause de ce grave manquement, et du dĂ©lai entre une dĂ©cision et la livraison d’un nouvel immeuble (qui est d’environ 3 Ă  5 ans), les annĂ©es 2019, 2020 et 2021, ne verront l’attribution possible que de quelques dizaines d’appartements neufs.

DĂšs les premiers mois qui ont suivi le vote des MonĂ©gasques, nous avons respectĂ© nos engagements, dans le cadre strict de nos prĂ©rogatives constitutionnelles. Ce fut le cas notamment lors des votes des lois de budget, aprĂšs des dĂ©bats qui furent parfois trĂšs contradictoires au Conseil national, en sĂ©ances publiques – vous vous en souvenez – comme en commissions plĂ©niĂšres d’étude en privĂ©.

Mais c’est bien la force et le sens de nos Institutions, de nous permettre de surmonter nos divergences, par la recherche du consensus, c’est Ă  dire le « pas vers l’autre » entre le Gouvernement et le Conseil national, selon Votre expression Monseigneur.

C’est pourquoi nous adhĂ©rons totalement Ă  la vision prospective de ce plan national logement, voulue par le Prince, qui est parfaitement complĂ©mentaire avec l’approche de notre AssemblĂ©e.

Il s’agit donc dans ce plan et dans un premier temps, de satisfaire au plus vite, dans ce mandat, toutes les demandes lĂ©gitimes des MonĂ©gasques qui ont besoin d’ĂȘtre bien logĂ©s dans leur pays. Puis dans les 10 annĂ©es suivantes, de bien anticiper l’évolution des besoins en prĂ©voyant d’ores et dĂ©jĂ  les opĂ©rations nĂ©cessaires.

Nous nous rĂ©jouissons donc de l’annonce des 1831 appartements domaniaux construits dans les 15 prochaines annĂ©es, dont plus de 700 d’ici 2023. Cela correspond effectivement aux besoins rĂ©els de plus d’une centaine de nouvelles demandes lĂ©gitimes chaque annĂ©e. Ce chiffre, nous n’avons cessĂ© de l’expliquer et de le dĂ©fendre. C’est pourquoi je suis heureux que nous soyons dĂ©sormais parvenu Ă  la mĂȘme Ă©valuation des besoins annuels en logements domaniaux.

Je voudrais Ă  ce stade revenir sur ce que certains appellent des « demandes de confort », c’est Ă  dire en fait, un changement d’appartement domanial pour un autre, Ă©quivalent. Cette approche cherche Ă  relativiser l’ampleur du problĂšme vĂ©cu par des centaines de MonĂ©gasques. Or, ces candidatures ne reprĂ©sentaient lors de la derniĂšre commission d’attribution qu’une quarantaine de dossiers sur environ 400, soit seulement environ 10%. VoilĂ  la rĂ©alitĂ©.

Ces demandes visant Ă  amĂ©liorer la situation des foyers, pour obtenir un appartement plus rĂ©cent, sont d’ailleurs parfaitement recevables, mais Ă©videmment moins prioritaires.

Revenons au plan national pour le logement des MonĂ©gasques : comme l’a indiquĂ© le Ministre d’Etat, il s’agit pour le Conseil national de tout faire pour augmenter le nombre de livraisons Ă  court terme, c’est Ă  dire en 2020 et 2021, afin de faire face Ă  la forte tension actuelle. Pour y parvenir, il faut anticiper la livraison d’opĂ©rations fussent-elles de petite dimension, faute de quoi seuls 28 appartements seraient disponibles en 2020 et 14 en 2021.

Les opérations intermédiaires :

– Villa Les Lierres couplĂ©e avec une villa voisine
(48 logements)

– une opĂ©ration situĂ©e au niveau du Portier
(16 appartements)
Toutes les deux prĂ©vues en 2023, devraient pouvoir ĂȘtre anticipĂ©es en 2021 ou 2022. Il pourrait en ĂȘtre de mĂȘme, pour l’opĂ©ration Carmelha (25 appartements), qui devrait ĂȘtre avancĂ©e elle aussi en 2021.

Au sujet des futures opĂ©rations de grande envergure, nous partageons avec le Gouvernement la mĂȘme attention, concernant la situation des locataires actuels des grands immeubles qui seront concernĂ©s par des opĂ©rations de dĂ©molition-reconstruction. Je pense d’abord aux rĂ©sidents actuels du Bel Air, qui viennent d’apprendre qu’ils seraient nĂ©cessairement relogĂ©s courant 2020. Pour eux, l’information et l’accompagnement personnalisĂ© seront essentiels, et nous approuvons cette premiĂšre dĂ©marche de sensibilisation qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© entamĂ©e ces derniĂšres heures. Le Conseil national sera bien sĂ»r aux cĂŽtĂ©s des rĂ©sidents.

Concernant l’évolution dĂ©mographique de notre communautĂ© nationale, qui conditionne toute projection en matiĂšre de logement domanial, et comme j’ai dĂ©jĂ  eu l’occasion de le dire, en dĂ©cembre dernier, il est du devoir du Conseil national, en partenaire institutionnel responsable, d’ouvrir le dĂ©bat concernant la transmission de la nationalitĂ© par le mariage. Les consultations dĂ©buteront dans les prochaines semaines au sein de notre AssemblĂ©e.

Je ne peux conclure mon propos sans Ă©voquer les consĂ©quences de la mise en Ɠuvre de ce plan et plus particuliĂšrement sur l’attention qu’il faudra porter Ă  la prĂ©servation de notre qualitĂ© de vie. Ces chantiers publics, mĂȘme s’ils demeureront nettement moins nombreux que les chantiers privĂ©s, doivent ĂȘtre des modĂšles respectueux du voisinage et exemplaires pour limiter les nuisances sonores et s’interdisant les travaux les week-end et les nuits.

Je terminerai en rappelant ce qui est presque une Ă©vidence politique pour Monaco : chaque fois que les aspirations lĂ©gitimes et les besoins avĂ©rĂ©s des MonĂ©gasques, relayĂ©s par le Conseil national, sont pris en compte par le Gouvernement Princier, c’est tout notre systĂšme institutionnel qui en sort renforcĂ©.

Ce plan national logement et la façon dont il est prĂ©sentĂ© aujourd’hui, dĂ©montrent ainsi l’excellent fonctionnement de nos Institutions, sous l’autoritĂ© du Prince, dans la concertation et la recherche du consensus entre le Gouvernement princier et le Conseil national, Ă©lu par le peuple monĂ©gasque.

Je vous remercie. « 

On se dit tout