Pourquoi Monaco a besoin d’un Conseil National fort

PEP très concentré, ce mardi 31 octobre, sur le thème « Conseil national et Vie des Institutions ». Respect de la Constitution et mesures concrètes pour mettre davantage les Monégasques au cœur des décisions qui les concernent : Tels étaient les axes de la réunion des adhérents, toujours nombreux et enthousiastes dans leur participation à l’écriture du programme de Primo!

 « Monaco a trop pâti, depuis 2010, d’un Conseil National qui ne joue pas pleinement son rôle. Les clivages stériles, le manque de vision politique et de leadership ont paralysé l’action et donc le rôle même de l’Institution ». La réflexion de Jean-Michel CUCCHI (référent du PEP avec Franck LOBONO, Marc MOUROU et Thomas BREZZO), applaudie par la salle, est venue, dès le début de la réunion, donner le ton. Résumé de la réunion du PEP.

Un Conseil National fort au service des Institutions et des Monégasques.

Stéphane VALERI a rappellé l’immense espoir que fait naître Primo ! auprès des Monégasques : Se sentir enfin et à nouveau pleinement représentés. « Un Conseil National fort et indépendant du Gouvernement est indispensable au bon équilibre de nos Institutions, en apportant son éclairage, celui des Monégasques, à S.A.S. le Prince » a t-il  rappelé. « Ni chambre d’enregistrement, ni chambre d’opposition, le Conseil National doit être un partenaire fort et indépendant du Gouvernement. Si les Monégasques ne sont pas à nouveau défendus par un Conseil National fort, nous risquons de voir se prolonger et s’aggraver, pour ne prendre qu’un exemple, la pénurie actuelle intolérable de logements domaniaux. ».

À l’argument selon lequel « un Conseil National fort ferait courir un risque à l’équilibre général », le Président de Priorité Monaco répond vigoureusement « C’est justement quand le Conseil national est inaudible et faible que les institutions courent un risque. Lui redonner toute sa force, celle qui est prévue par la Constitution, c’est renforcer l’ensemble de nos Institutions »

Un leadership assumé, efficace et à plein temps.

Pour la future liste de Priorité Monaco, l’affirmation d’un leadership assumé et efficace est indispensable pour restaurer toute sa force d’action au Conseil National. « L’idée d’une présidence collégiale présentée par Mme Fresko est un non-sens et un dévoiement de l’esprit de nos institutions avec la certitude d’un Conseil National toujours faible » rappelle Stéphane VALERI.  Les adhérents présents se sont exprimés sans ambiguïté en relayant l’opinion de tous ceux des Monégasques qui attendent d’une prochaine majorité qu’elle développe une stratégie claire, avec un leadership affirmé pour les représenter avec toute l’autorité nécessaire.

Cette capacité d’action n’est possible qu’avec un Président qui a les moyens de se consacrer à plein temps à sa mission. « Les Monégasques méritent mieux qu’un Président dilettante. Comme je l’ai déjà fait de 2013 à 2010, je prends l’engagement de me consacrer totalement à cette fonction au service de tous ».

Amendement budgétaire : Une dérive constitutionnelle.

« La Constitution, toute la Constitution, mais rien que la Constitution » : C’est la réponse univoque des référents à propos de l’hypothèse de Jean-Louis Grinda qui propose comme remède universel l’amendement budgétaire. « Non seulement le système actuel permet de peser sur les décisions, comme nous l’avons fait, par exemple, pour imposer le programme des logements domaniaux en 2004 ou le Contrat Habitation Capitalisation en 2008, mais vouloir en changer ferait peser des risques sur l’équilibre institutionnel au détriment du Souverain. Ne laissons pas certains jouer aux apprentis sorciers avec des Institutions qui ont fait leurs preuves au détriment des pouvoirs du Prince » a rappelé le Président de Primo!.

Commission mixte de contrôle : Donner au Conseil National la capacité d’être acteur de certains grands sujets qui concernent les Monégasques.

Pour Primo!, les représentants des Monégasques doivent être acteurs de certains grands sujets sur lesquels ils sont trop tardivement (quand pas du tout) informés. Il est proposé de créer un mécanisme souple qui permette la création, en cas de besoin, d’une Commission mixte de contrôle dédiée à certains dossiers sensibles. Il s’agira de créer les conditions d’un dialogue parfois inexistant en amont de crises qui peuvent être évitées, comme ce fut le cas pour Apolline.

Remettre les Monégasques au cœur des entités qui ont une mission de service public ou dans lesquelles l’État a des participations conséquentes

Les administrateurs d’État doivent pouvoir, lorsque c’est possible et à proportion raisonnable, être choisis par le Conseil National en plus de ceux choisis par le Gouvernement, pour que les Monégasques se sentent réellement représentés et défendus dans des entreprises qui ont en charge une partie de leur vie quotidienne (SBM, Monaco Telecom, SEPM…).

Télévision : Séparer la communication gouvernementale de l’information pluraliste.

Les déclarations en zigzag du Gouvernement sur la séparation entre information et communication n’ont rien changé à une réalité quotidienne injustifiable : Monaco Info, dont la qualité des rédactions n’est en aucun cas en cause, est un outil de communication gouvernementale au service de ses propres messages. Sur tous les grands sujets, comme sur l’Europe récemment, aucune seconde d’antenne n’est accordée aux voix éventuellement différentes qui pourraient éclairer un débat qui intéresse au premier chef les Monégasques.

Primo ! propose de relancer la Télévision avec un vrai projet réellement « Monégasque » (et non confié à des intérêts étrangers). Cette télévision, à vocation régionale, pourra disposer d’une structure mixte sur fonds publics, totalement indépendante de la Direction de la Communication mais constituée autour du noyau des équipes actuelles. Indépendante du seul pouvoir exécutif, ses programmes devront être attractifs. Garante de la priorité nationale, elle appliquera les règles éthiques d’un support libre de ses choix rédactionnels. Dès la conception, elle sera proposée en adoptant les codes des nouveaux médias pour attirer une audience élargie.

Les adhérents soutiennent massivement les référents et ces premières directions de programme concernant le Conseil National et la Vie des Institutions

« Voter Priorité Monaco, a rappelé Stéphane VALERI dans sa conclusion, c’est la certitude d’avoir un Conseil National uni et fort, au service des Monégasques et des équilibres Institutionnels. C’est particulièrement important au regard des échéances qui attendent la prochaine majorité »

On se dit tout