Mieux vivre à Monaco? C’est possible !

Le PEP « Qualité de Vie, Environnement, Vie Quotidienne des Monégasques » était attendu… aux tournants! Plan d’action adopté! La belle centaine d’adhérents qui s’est rendue ce Jeudi 27 octobre au Méridien a levé en masse son pouce (le signe de ralliement de Primo!) pour soutenir et abonder les premières mesures du plan global d’action préparé par les référents avec un objectif « Mieux vivre à Monaco ».

Les sujets d’inquiétude et de crispation ne manquent pas en Principauté : Chantiers omniprésents, pollution y compris sonore, bouchons, transports en difficulté, parkings saturés, comportements individuels insupportables, opérateurs de travaux qui ont tendance à privatiser la voie publique. S’y ajoutent des interrogations sur la question environnementale et de traitement des déchets et, pour couronner le tout un dépit chronique sur notre opérateur de téléphonie / internet. Selon Stéphane VALERI « La Qualité de vie des Monégasques s’est détériorée de manière inquiétante ces dernières années, ce qui nuit non seulement aux familles mais également aux fonctionnement de l’économie et à l’attractivité générale de la Principauté. « 

Voici quelques points évoqués lors de la soirée du PEP « Qualité de Vie, Environnement, Vie Quotidienne des Monégasques, en présence de ses référents Franck Julien, Roland Mouflard, Fabrice Notari, Corinne Bertani et Patrick Van Klaveren.

Un Plan Stratégique piloté par une Commission opérationnelle de la Qualité de Vie à Monaco

Le PEP « Qualité de Vie » a travaillé sur la question en s’imposant une logique véritablement stratégique et transversale, pour éviter de tomber dans le travers, naturel chez certains, d’annoncer des mesurettes non coordonnées et finalement sans résultat à grande échelle.  En termes d’action publique, on ne peut se contenter de raisonner en « Départements » ou « Services », il faut une approche interministérielle. Primo! a présenté lors de la réunion un projet de création d’une Commission interministérielle qui coordonnera les efforts d’équipes déjà constituées et compétentes qui traitent, entre autres, d’environnement, de sécurité publique, d’urbanisme, de transports publics, des taxis, des liaisons maritimes, des travaux, des relations avec les communes et pays voisins etc. Projet adopté. 

Un indice de la Qualité de vie pour quantifier les risques et mesurer le résultat des efforts entrepris

L’OCDE et certains pays européens ont des indicateurs de bien-être (PIB du bien-être du Luxembourg). Quand vous posez la question à Monaco, on répond « nous n’avons pas les moyens ». Pour Stéphane VALERI « Le point de départ de l’action politique, c’est la volonté. Sur ce point comme sur d’autres, nous avons cette volonté, car il en va de l’avenir de Monaco ». L’une des premières mission de la Commission Opérationnelle de la Qualité de Vie à Monaco sera d’installer des référentiels « quantifiables » et comparables avec d’autres pays ou villes. Leur agrégation au sein d’un indice, dont la gestion pourrait être confiée à l’I.M.S.E.E., permettra, outre la transparence qui est due aux Monégasques,  d’offrir de véritables outils de décisions au Gouvernement afin de planifier des objectifs concrets dans tous les secteurs de l’action publique qui impactent la qualité de vie à Monaco. Projet adopté.

L’Humain et la qualité de vie au coeur d’un Projet Urbain à 360°

Pour Priorité Monaco, on doit partir non des « problèmes » ou des « techniques », mais des vraies aspirations des familles, des entrepreneurs, de ceux qui font vivre Monaco, des touristes etc. C’est toute la noblesse de la politique : La réponse n’est pas dans l’instruction du technocrate mais dans le besoin de la population auquel répond le service public.

Pour ce qui touche à la Qualité de Vie,  Primo! en appelle à la mise à jour d’un véritable Projet Urbain global qui permettra de fixer des priorités : Quelle programmation pour les chantiers, dans quel quartier, quel plan de circulation, quel plan de transports? Quel plan environnemental? Quel plan de traitement des déchets? Quelle gestion des espaces verts? Comment répondre aux exigences des accords de Paris tout en préservant le développement harmonieux de la Principauté etc

Lutter  contre les nuisances sonores

Le « bruit » doit être combattu sous toutes ses formes, en équipant les services des moyens de mesures adéquats :

  • contrôles et sanctions contre les chantiers qui dépassent les normes
  • Contrôles et sanctions contre les voitures et les motos polluantes et bruyantes
  • Contrôles et sanction contre les commerces trop bruyants, en particulier la nuit sur les zones d’habitation

Soutenir les efforts liés à l’environnement

Primo! soutient les efforts de transition énergétique tels que dessinés par S.A.S. le Prince Souverain et mis en place par le Gouvernement.

Deux questions qui touchent à l’environnement retiennent l’attention du PEP.

Tout d’abord la pollution incessante et massive des paquebots en escale à Monaco. Primo! s’étonne que les importants investissements liés au 3° Poste source, qui devaient permettre d’alimenter les navires en électricité, semblent à ce jour n’avoir aucun effet concret.

Par ailleurs, la question de l’Usine de retraitement des déchets doit être évoquée de manière responsable. Le PEP « Qualité de Vie » refuse la démagogie simpliste de ceux qui veulent, en voulant gagner des voix, se débarrasser de nos déchets vers des communes étrangères, sans compter les colonnes de camions qu’entrainerait une telle éventualité. Pas un maire français n’accepterait de brûler les déchets des Monégasques. Des solutions réalistes et éco-responsables existent, elle seront défendues par Primo! dans son programme, avec la proposition d’une usine modèle, parmi les plus performantes du monde, utilisant les dernières technologies. On ne doit pas économiser sur l’environnement et la qualité de vie.

Inscrire les Chantiers dans un cercle vertueux

Les projets de constructions et les chantiers publics ne devraient pas laisser d’autres souvenirs que leur apport au futur de la ville et aux Monégasques, alors qu’ils sont souvent vécus comme une gêne tant pour les riverains ou les entreprises / commerces que pour les passants piétons ou automobilistes.

Le Gouvernement doit imposer aux promoteurs un encadrement des chantiers dans l’intérêt général :

  • En ne laissant pas démarrer un chantier si, dans le même périmètre, une autre opération est en cours.
  • En évitant les bouchons, y compris pour les opérations privées, par un plan de circulation adapté
  • En limitant strictement les dérogations (nuit, weekend, emprise sur la chaussée etc), avec contrôle renforcé et sanctions réellement appliquées en cas de besoin.
  • En imposant le respect de normes très strictes et vertueuses par les meilleures chartes de qualité des chantiers (sites et engins insonorisés, dimension Haute Qualité Environnementale, protection contre la poussière etc)

Contre la Paralysie : Un Plan d’Urgence Mobilité réellement opérationnel

En matière de mobilité douce, de nombreuses initiatives ont fleuri ces dernières années. Tous les efforts passés doivent non seulement être soutenus mais, si on ose encore le parallèle, passer à la vitesse supérieure.

Primo! va présenter dans les semaines prochaines un plan d’urgence mobilité afin de répondre, à court moyen et long terme aux enjeux qui se posent. Ce plan abordera, par exemple,  les dimensions suivantes auxquelles le Conseil National devra être associé de manière étroite dans la prise des décisions

  • Suivi du développement des Parkings relais et des liaisons avec le centre-ville
  • Mesures dissuasives pour les véhicules hors MC et 06
  • Mesures incitatives pour les salariés utilisant les transports en commun
  • Négociations fortes avec la SNCF ou des opérateurs concurrents aux côtés de la Région PACA
  • Études des projets en cours (téléphérique, transport en site propre etc)
  • Renforcement des dessertes des bus de la CAM (fréquences, amplitude horaire…)

Téléphonie et Internet : Pour que L’État retrouve son rôle d’actionnaire réellement au service des utilisateurs

Monaco Telecom est une entreprise rentable. Très rentable. Si les dividendes profitent en partie à l’État Monégasque qui s’en réjouit, la situation de monopole permet à l’entreprise de dégager cette richesse des poches de sa clientèle captive, avec, au premier rang …les Monégasques. Pour quel service? Chacun appréciera.

Le Pep « Qualité de vie » considère que le Gouvernement, en privilégiant les dividendes ne veille pas assez aux intérêts de la population et des entreprises Monégasques. Il ne remplit pas suffisamment son rôle d’actionnaire public. Les adhérents sont, dans ce contexte, unanimes à reconnaitre que l’absence de concurrence combinée à cette absence de vision publique  est préjudiciable aux Monégasques dans tous les secteurs du service rendu :

  • Choix technologiques
  • Barèmes de tarification (qui frisent parfois l’indécence à quelques mètres d’une concurrence disponible de l’autre côté de la frontière)
  • Niveau de service, y compris dans la relation client

Dans le cadre du programme qui sera publié, Primo! présentera une série de mesures concrètes que le Conseil National aura la possibilité de porter afin que l’État retrouve son rôle entier d’actionnaire au service du public. Aucune hypothèse n’est écartée.

Les adhérents approuvent de manière unanime cette dernière dimension.

L’ensemble du plan « Qualité de Vie » est approuvé, dans ces premières grandes lignes, avec mission pour les référents d’élaborer la partie concernée du programme.

 

On se dit tout